On débunke !

Par Valentin

L’amour au creux des vagues, est-ce une bonne idée ?

PAS EXACTEMENT

Ah, les vacances à la mer ! Le soleil, la chaleur, et la libido qui décolle… Et quelle meilleure idée, pour éviter de se retrouver tout·e collant·e et poisseux·se, que de laisser libre cours à ses envies dans l’eau ?

Alors, l’amour dans l’océan, bonne ou mauvaise idée ? Disons que l’eau de mer n’est pas tout à fait destinée à accueillir ce type d’activités.

Tout d’abord, celles et ceux qui ont déjà tenté l’expérience sous la douche savent sûrement qu’eau et pénétration ne font pas bon ménage. L’eau ne lubrifie pas. Elle chasse, même, les fluides naturels, ce qui risque de rendre la pénétration désagréable, voire dangereuse ! Les risques d’irritation, voire de fissure des muqueuses intimes augmentent à cause des frottements, du sel et du sable. Par ailleurs, s’il est déconseillé de nettoyer ses parties intimes avec des produits, on imagine bien qu’un contact prolongé avec de l’eau de mer ne peut pas être bénéfique, et risque de causer des infections, favorisées en cas de lésion. Comme le disait Renaud, « la mer, c’est dégueulasse ».

Et contrairement à ce que l’on pourrait croire, le constat n’est pas meilleur du côté du jacuzzi. Par sa température, c’est un milieu propice à la prolifération des bactéries, et sa composition en chlore le rend susceptible de causer un choc toxique.

Dernier risque, et pas des moindres : l’effet ventouse. Sorte de cousin du « syndrome du pénis captif », il n’est pas dangereux, mais nécessite souvent l’intervention d’un professionnel médical pour séparer les deux parties, unies par les lois de la physique.

En somme, si le temps estival peut inviter à expérimenter, quelques précautions sont à prendre en amont. Un lubrifiant au silicone, par exemple, non miscible avec l’eau, sera probablement votre meilleur allié. Sinon, vous pouvez toujours rester sur le bord de mer, comme Romane plus haut (toujours en faisant attention au sable !). Mais favorisez alors l’isolement de fin de journée ; vous risqueriez un an de prison, et 15.000 euros d’amende, pour exhibition sexuelle.

● ● ●

Si tu veux lire ce contenu, connecte-toi avec ton adresse mail :

● ● ●

Tu n’es pas encore abonné·e ? N’attends plus !

Le Point Q a reçu le soutien du
fonds d’intervention associatif de