Comme une couille dans la bûche

Bienvenue dans ce nouveau numéro du Point Q !

Un petit bijou qui te plonge dans l’univers du sexe et démystifie l’inconnue nommée « plaisir ». Tous les lundis, on débusque ensemble des fake news, on parle santé sexuelle, culture érotique, sexualité queer. On échange sur les nouvelles manières de faire l’amour en 2020.

À quelques jours des fêtes, tu as peut-être une libido resplendissante, stimulée par les vacances, les guirlandes de Noël et l’optique de voir 2020 — année fragile en sexe — se terminer. Alors on a enfilé notre bonnet rouge et on t’a concocté un numéro spécial boules de Noël, à déguster seul·e ou avec ta moitié.

« Mon beau Noël, roi du plaisiiiir, que j’aime ta… » : c’est Orianne qui a récolté vos anecdotes croustillantes le soir du réveillon et au pied du sapin. Sextoy, Mickey, ventre plein… vous nous avez bien fait rire. Dans le Vu d’ailleurs, Thaïs a poursuivi ses recherches sur l’amour en Asie du Sud-Est. Elle a découvert que Noël est avant tout un moment… de couple ! Juliette a ensuite vérifié si on faisait davantage l’amour durant les fêtes… Apparemment Jésus et Mahomet ne sont pas étrangers à l’affaire.

Et dans la Bonne nouvelle, notre développeur en chef, Tom, a ouvert notre compte Tipeee. Pardon ? Tipeee c’est notre nouvel ami, c’est le cadeau de Noël du Point Q ! Si tu as quelques deniers dans ta poche, n’hésite pas à faire un petit don à la plus sexy des newsletters, qui prend un plaisir fou à t’accompagner chaque semaine… Tom t’explique plus bas pourquoi l’envoi des mails nous coûte chaque mois une trentaine d’euros — que nous ne parvenons pas à financer pour l’instant. Et surtout, pour quelques pièces jaunes, tu recevras une magnifique carte de vœux, illustrée par notre graphiste Camille Joblin, et rédigée personnellement par un membre du Point Q !

Enfin, Morgan Shellen, notre dessinateur de BD pref, conclut cette belle année du Point Q avec une histoire… entre père et fils, au pied du sapin ! Et oui, profites-en, car c’est la dernière newsletter de 2020… Nous aussi on a les larmes, mais promis, on revient en janvier 2021 (à une date surprise…)

On t’envoie beaucoup d’amour, et on te souhaite les meilleurs fêtes de fin d’année possibles, qu’elles soient plutôt foie gras, saumon, ou amazone…

Juliette, Orianne, Thaïs et Tom, aux commandes du Point Q !

● ● ●

Mon beau Noël, roi du plaisir

Par Orianne

Tu as toujours voulu savoir ce qu’il peut se passer sous la couette pendant les fêtes ? Et bien ici, tu vas être servi·e ! Voici les meilleures histoires que nous avons recueillies : drôles, gênantes et calieeeeente 🔥

« J’ai reçu un catalogue de sextoy spécial fêtes un peu avant Noël à l’adresse de mes parents quand j’avais 19 ans… parce que j’avais commandé mon premier jouet l’été d’avant ! »

« Un soir de Noël chez mes grands parents, je ramène mon ex-copain. On passe une soirée agréable, bonne ambiance et rires. Après les cinq plats de mamie préparés avec amour et l’ouverture des cadeaux, il est temps d’aller se coucher. On finit par rejoindre la demeure bourgeoise d’un des voisins de mes grands-parents (sa maison n’ayant pas assez de chambres pour nous accueillir). On se retrouve, mon copain de l’époque et moi, dans une suite hyper cossue avec un grand lit, des draps blancs… Bref, on se croyait à l’hôtel.

Pour être honnête, on avait, depuis le début de la soirée, très envie de se sauter dessus. Et les verres de vin n’ont rien arrangé. Quelques minutes après être entré·e·s dans la chambre, on commence à se chauffer. Mais en fait malaise : on a trop mal au ventre. Chaque mouvement est une souffrance parce que nos ventres sont vraiment à deux doigts d’exploser. On réussit quand même, tant bien que mal, à finir notre affaire presque soulagé·e·s que ça s’arrête, pour enfin commencer notre digestion sereinement et… sans coups de reins. »

« Mon copain m’a offert un sextoy (le fameux satisfyer) à Noël. Comme il ne voulait pas que nos familles voient ça, il a préféré me l’offrir dans la chambre après le repas. Mais sur le moment, il voulait quand même m’offrir quelque chose, alors il m’a donné une enveloppe. Dedans, il y avait un petit dessin de Mickey. J’étais trop contente parce que je croyais qu’on allait à Disneyland ! En fait non… Depuis, personne ne s’est rendu compte qu’on n’est jamais allés à Disney. »

« En Italie, il y a une petite tradition : il faut porter une culotte rouge au nouvel an parce que ça porte bonheur. Donc ma mère à chaque Noël, elle m’offre une paire de culottes rouges. Normalement ce sont des culottes rouges assez banales mais parfois elles sont un peu sexy, brodées tout ça. Le soir du réveillon du 24, je me souviens que quand j’ouvrais mon cadeau de culottes un peu sexy… mon père n’aimait pas trop. Je le voyais trop gêné, alors que moi et ma mère on en riait. Maintenant j’ai des années de culottes rouges dans mes tiroirs. J’en ai une dizaine même plus. J’ai presque que ça ! »

● ● ●

Vu d’ailleurs

Par Thaïs

De Tokyo à Hanoï, Noël n’est pas une affaire de famille

Repas de famille qui s’étalent sur 4 heures, petits cousins qui guettent le Père Noël dans la nuit, réveil aux aurores pour ouvrir les cadeaux … À moins d’avoir déjà une relation très stable et une chambre bien isolée, la nuit de Noël n’est pas vraiment synonyme de galipettes pour les jeunes adultes.

C’est tout l’inverse en Asie de l’Est, où Noël est, à l’instar de la Saint-Valentin, une soirée — et dans le meilleur des cas une nuit — qui se célèbre à deux.

Oui, encore une fois nous regardons vers l’Est, mais il faut dire qu’entre les pays qui célèbrent Noël en famille et ceux où la fête ne se résume qu’à passer du Mariah Carey et mettre d’énormes sapins de Noël dans les centres commerciaux, le champ des possibles est assez réduit.

En Chine, en Corée du Sud, au Japon ou encore au Vietnam, les cadeaux ne sont pas vraiment pour les enfants sages mais pour son date le 24 au soir. On se l’offre dans un restaurant branché, puis on se perd dans les illuminations de Noël et dans la nuit. Au Japon notamment, Noël est LA fête romantique par excellence, tandis que la Saint-Valentin est plutôt réservée aux déclarations. À Tokyo et Osaka, il existe même des love hotels thématisés sur Noël (des hôtels destinés exclusivement à faire l’amour, voir Vu d’ailleurs n°1) avec couronnes de houx et Pères Noël en plastique… un décor qui permet de retrouver, toute l’année, l’atmosphère de cette nuit particulière.

Et comme chez nous à la Saint-Valentin, être célibataire ou sans date à Noël peut se révéler assez triste, voire stigmatisant. C’est d’ailleurs souvent dans ce cas de figure qu’on finit par le fêter en famille (entre amis, ça passe déjà mieux). Au Japon, il y a même une expression populaire pour qualifier ces Noël solitaires : « Kuribocchi », un mot-valise entre « Kurisumasu » (Noël) et « hitoribocchi » (tout seul).

À l’exception de la la Corée du Sud (qui compte 30 % de chrétiens), le 25 n’est pas un jour férié dans ces pays. À l’image de la Saint-Valentin, les magasins ont réussi à créer une quasi-tradition chez les jeunes générations (ce qui permet d’en faire une nuit très rentable), bien aidés par les séries télévisées coréennes ou autre. Heureusement pour les âmes solitaires, cette « fête commerciale » n’est pas réservée qu’aux couples. On peut toujours se consoler avec les offres spéciales de KFC, qui a réussi au Japon à troquer la dinde aux marrons par du poulet frit et établit chaque année à Noël des ventes records.

● ● ●

On débunke !

Par Juliette

« Fait-on davantage l’amour durant les fêtes ? »

VRAI

Depuis les années 1970, on observe en France et dans les pays occidentaux de l’hémisphère nord, un baby-boom en septembre (avec un pic le 23 septembre, selon l’Institut National d’Études Démographiques). Si vous faites le calcul, cela intervient exactement neuf mois après les fêtes de fin d’année… soit la période de gestation !

Longtemps, les chercheurs ont cru que cette propension à faire l’amour était liée à des facteurs biologiques : en décembre, il fait plus froid et les nuits sont plus longues, ce qui donnerait davantage envie de se blottir avec sa moitié et de réfléchir au sexe. Par ailleurs, c’est une période de vacances où les couples ont plus de chance d’être ensemble et où le niveau de stress est allégé, ce qui laisse davantage de place au plaisir.

Toutefois, selon une étude à l’échelle internationale publiée dans Scientific Reports fin 2017 (la plus importante sur le sujet à ce jour), les pics de libido seraient plutôt liés aux grands rassemblements culturels et religieux, notamment Noël et l’Aïd el-Fitr. En effet, le nombre de relations sexuelles atteint des sommets en décembre y compris dans des pays qui célèbrent Noël en plein été (comme l’Australie ou l’Argentine), ce qui va à l’encontre de l’argument biologique.

En revanche, les chercheurs de cette étude (qui se basent sur 10 ans de données récoltées sur Google Trends et sur Twitter dans 130 pays) ont détecté que les recherches sur le mot « sex » sont plus élevées à Noël dans l’ensemble des pays chrétiens, quel que soit l’hémisphère. De même pour l’Aïd el-Fitr, grande fête de célébration de la fin du ramadan, qui correspond à un pic de procréation dans le monde musulman (alors même que sa date varie chaque année).

Si aucune théorie n’explique aujourd’hui entièrement ces pics de conception, les scientifiques ont envisagé celle des « émotions collectives » : « Si les gens sont plus heureux et moins anxieux — à la fin de l’année et pendant les vacances — ils songent plus souvent à fonder une famille », explique Luis Rocha, co-auteur de l’étude, au magazine Time.

N’oublions pas non plus la fameuse nuit de la Saint Sylvestre, où les relations sexuelles donnant lieu à une naissance sont presque deux fois plus nombreuses que tout autre jour de l’année (si vous êtes né le 23 septembre, on vous dit…). Au facteur culturel s’ajoute ici une période de « fragilité » des couples (selon l’INED), puisque les rapports non protégés sont plus fréquents, et le nombre d’IVG qui en résulte trois fois supérieur à celui d’un jour normal. Alors si votre bas-ventre est en fête, protégez-vous et adoptez la Noël-attitude !

● ● ●

La bonne nouvelle

Par Tom

Tipeee : le Noël du Point Q !

Voilà treize numéros que l’on navigue ensemble. Cette newsletter, née en septembre dernier dans le cadre d’un cours à l’École de Journalisme de Sciences Po, a dépassé toutes nos attentes. Vous êtes désormais plus de 400 à nous accompagner chaque semaine pour imaginer des sexualités plus libres, fun et épanouies. Merci beaucoup !

Toute l’équipe, y compris notre graphiste Camille et notre fidèle dessinateur Morgan, travaille d’arrache-pied chaque semaine pour t’offrir une newsletter qui, on l’espère, t’apporte des réponses et de la joie en cette période de fêtes bien troublée.

Alors cette semaine, on s’est dit qu’on pourrait partager les cadeaux de Noël. Tu connais Tipeee? C’est une plateforme collaborative sur laquelle tu peux nous soutenir financièrement, si tu le souhaites et si tu en as les moyens. Le Point Q nous coûte actuellement une trentaine d’euros par mois, que ce soit pour l’hébergement de notre site internet ou pour financer les petits mails que tu reçois tous les lundis. Une somme que les quelques articles sponsorisés que nous réalisons ne parviennent pas encore à couvrir.

Si chacun d’entre vous donnait ne serait-ce qu’un euro, cela nous permettrait de financer la newsletter pour plusieurs mois, et de rémunérer nos illustrateur·rice·s ! Ton don, qu’il soit régulier ou non, nous permettra de voir l’avenir sans nuage… et pourquoi pas un jour de vivre du Point Q !

Mais parce qu’on est sympa, on a quelques surprises pour toi en échange. Pour 6 €, tu auras la chance de recevoir une jolie carte de vœux avec un petit mot personnalisé de l’équipe, illustrée d’un des dessins de Camille ! Pour quelques euros de plus, ce n’est pas une mais deux cartes de vœux que tu trouveras dans ta boîte aux lettres, pour partager le kiff avec un·e ami·e… ou l’élu·e de ton cœur !

On espère pouvoir continuer longtemps ensemble, et on compte sur toi pour nous soutenir dans l’aventure. Merci d’être là et de nous faire vivre.

● ● ●

Sous la plume de Morgan


● ● ●

Gardez bien au creux de vos reins vos meilleurs anecdotes de Noël et du Nouvel An 2021… On vous les demandera l’année prochaine !

Ça y est, Le Point Q 2020, c’est fini. Le moment d’exprimer toute ma gratitude à cette équipe du feu, qui se démène chaque semaine pour enchanter vos lundis. Cette newsletter n’existerait pas sans les heures que Thaïs passe à regarder des anime japonais, sans la patience infinie de Tom, prêt à éditer et programmer la newsletter à n’importe quelle heure du lundi matin. Sans la constance et l’empathie d’Orianne, qui anime chaque semaine notre compte Instagram, et récolte vos touchants témoignages.

Cette newsletter est belle, grâce à un duo de talent, qui travaille aujourd’hui bénévolement et pour qui nous avons une grande reconnaissance : Morgan Shellen et Camille Joblin.

Elle est un moment privilégié avec vous qui nous lisez chaque lundi, et qui nous dites que ce témoignage a changé votre manière de voir la sexualité ou a fait évoluer une discussion dans votre couple. On vous aime (beaucoup), on vous remercie infiniment pour vos retours. Si vous aussi, vous avez envie de dire un petit mot sur la newsletter ou directement à l’équipe, vous pouvez le faire ici !

Comme bonne résolution en avance, abonnez vos ami·e·s pour 2021 ! Comme ça, ils pourront eux aussi bénéficier de tout ce contenu, des jeux-concours, et vous n’aurez plus à les débriefer chaque lundi au déjeuner sur ce que vous venez de lire…

Vous savez aussi que toutes nos newsletters précédentes sont sur notre notre site (auquel vous vous connectez avec votre adresse mail), ainsi que les articles classés par rubrique. Par exemple, il y a trois mois, on inaugurait la newsletter avec des témoignages sur la masturbation féminine ! Si vous êtes plutôt Instagram ou Facebook, on est partout. C’est par ces canaux là également que vous pouvez nous écrire, ainsi qu’à lepointq.newsletter@gmail.com.

On espère de tout cœur pouvoir continuer à vivre en 2021 : les sponsors, le jeune Tipeee (ne nous oubliez pas !) et le destin nous le diront. D’ici là, on se retrouve toutes et tous en janvier pour une ribambelle de numéros sex. On continuera à faire bouger les lignes, en parlant de Q de manière bienveillante et éclairée.

Profitez des derniers instants de 2020,

Toute l’équipe du Point Q.

Si tu veux lire ce contenu, connecte-toi avec ton adresse mail :

● ● ●

Tu n’es pas encore abonné·e ? N’attends plus !

Le Point Q a reçu le soutien du
fonds d’intervention associatif de