Vacances sous haute excitation

Par Orianne & Tom

« Quand j’étais ado, j’allais chaque été une ou deux semaines en Corse, et j’adorais la photo. Une fois, j’étais sur la plage de Porticcio, je m’aventurais en quête de beaux paysages et je tombe sur un bout de plage abandonné. J’y vais, et naïvement je me dis que les gens sont stupides de ne pas venir là, c’est super beau ! En fait… Je me retourne, et je vois une flopée de mecs à poil. Quand je reviens sur mes pas, je me rends compte que derrière certains buissons, des rendez-vous “caliente” sont en cours ! En Corse c’est assez complicado l’homosexualité, donc cette plage, c’était un coin de drague homo. Bilan : avec mon appareil, de beaux clichés des plages corses ; et avec mes yeux, la capture des beaux derrières de ces messieurs vivant leur vie comme si chaque jour était le dernier. »

« C’était il y a deux ans, je faisais un séjour adapté en Normandie et il y avait un animateur avec qui je m’entendais bien. Un jour où ça allait moins bien, il a été là pour moi. On s’est beaucoup rapproché. Après c’était compliqué, parce qu’il y avait les jeunes, les autres animateurs, la directrice, et on ne voulait pas que ça se sache. On n’arrêtait pas de se tourner autour, mais il ne se passait rien de plus. Et puis, l’avant-dernier soir, on fait le bilan du séjour avec tout le monde, et on boit un peu de bières. Je vais jeter les bières au container, et il m’accompagne. Tous les deux, on ne se sentait pas très bien, ç’avait été une journée hyper dure émotionnellement. On en discute, il me prend dans ses bras, on s’embrasse. Après ça, on est reparti chacun de notre côté. Le lendemain, on a fait comme si de rien n’était, comme si on était potes.

Le dernier soir, c’était ouf. On était trop attiré l’un par l’autre, et c’était impossible à gérer. Il y avait une tension affective, mais pas vraiment sexuelle. Pendant tout ce temps, on s’échangeait des regards. Bien sûr, il y avait une grosse attirance physique. On s’attirait mutuellement, et on se le disait. On se glissait des compliments quand l’un passait près de l’autre… C’était évident qu’on avait envie de se retrouver seul·e·s. Le lendemain, quand tout le monde est rentré, je suis allée dormir chez lui. On a couché ensemble pour la première fois et c’était vraiment cool. C’était une histoire d’été, mais ces trois jours qu’on a passé ensemble, c’était trop bien. »

« Je suis une grande romantique, alors sur la liste des lieux à tester, il y avait bien sûr la plage. Je m’étais toujours dit “Ça doit être vachement cool et excitant !”, mais en même temps j’étais consciente que le sable c’était pas génial, ça gratte, ça se faufile partout… Il y a quelques semaines, je suis partie en vacances au soleil, sur une île. Pendant ce séjour, on a décidé avec mon amoureux de visiter un village assez touristique du coin. On prend le quad, on y va, et en fin de journée on quitte les lieux. Avant de rentrer à l’appartement, je lui dis que ce serait bien de longer un peu la côte pour voir du paysage. Au bout de quelques minutes de route, on aperçoit une plage sympa. Ni une ni deux, on stationne le quad, et hop, on descend. C’était la fin de journée, le soleil tapait encore. C’était magnifique et en plus… presque vide. On avait la plage pour nous tout seul·e·s. Il y avait 2-3 personnes au loin, mais c’est tout.

Évidemment, avec ce cadre de fou et le fait d’être collé·e·s sur notre serviette, on a eu envie de poursuivre. Moi j’étais en mode “Yes c’est trop bien, c’est fabuleux, youhou” et en même temps j’avais hyper peur que quelqu’un nous surprenne. Même si en soi on ne pouvait pas vraiment voir, puisque nous étions resté·e·s habillé·e·s par précaution (d’où l’utilité d’être en robe l’été !). On savoure le moment, et là je lève la tête (un peu stressée) et je vois que les personnes au fond s’avancent. On arrête tout et on fait comme si de rien n’était…. allongé·e·s sur les galets. Parce que oui, bien pratique, ce n’était pas du sable ! Tout ça pour dire que ça me paraissait impensable de faire ça, et pourtant on l’a fait et c’était carrément beau et excitant ! Ça restera un souvenir gravé. »

* Les prénoms ont été modifiés

● ● ●

Si tu veux lire ce contenu, connecte-toi avec ton adresse mail :

● ● ●

Tu n’es pas encore abonné·e ? N’attends plus !

Le Point Q a reçu le soutien du
fonds d’intervention associatif de