On débunke !

Par Julien

Peut-on guérir du VIH ?

FAUX

C’est une question cruciale. Malheureusement, il n’existe aujourd’hui aucun moyen permettant de se débarrasser définitivement de l’infection par le virus de l’immunodéficience humaine (VIH) — cette infection qui peut aboutir au syndrome de l’immunodéficience acquise (sida). Une personne séropositive le reste donc toute sa vie.

Cependant, tout un arsenal de traitements s’est développé depuis l’identification du virus en 1983 autour de ce qu’on appelle les « antirétroviraux ». Ces médicaments, souvent utilisés dans le cadre des « trithérapies » autorisées en France en 1996, permettent de réduire la « charge virale », la quantité de virus dans le sang, jusqu’à le rendre indétectable.

Grâce aux antirétroviraux, une personne séropositive peut donc mener une vie presque normale. Ce qui est d’autant plus vrai lorsque la prise d’antirétroviraux se fait peu de temps après l’infection, explique l’association Aides.

L’autre point important à retenir, c’est qu’une personne aujourd’hui sous traitement, avec donc une charge virale indétectable, ne peut pas transmettre le VIH à ses partenaires sexuels. Une avancée majeure pour la vie des personnes séropositives qui est aujourd’hui le mantra des associations de prévention et de lutte contre le VIH, à l’image de l’ONUSIDA, pour informer et lutter contre les discriminations envers les personnes atteintes du VIH.

Des espoirs ont cependant émergé ces dernières années avec l’identification de très rares guérisons du VIH ou de patient·e·s chez qui le virus ne se reproduit pas, comme le rapporte Libération. Mais aucun « traitement miracle » ou médicament généralisable n’en est encore né.

C’est pour cela qu’aujourd’hui, le meilleur moyen de lutte contre le VIH lors des rapports sexuels reste le préservatif, interne ou externe, rappelle Aides. Le traitement post-exposition, aussi, accessible auprès des professionnel·le·s de santé et à utiliser de préférence dans les 24 heures qui suivent une pratique à risque (rupture de la capote, absence de préservatif…). Ou encore la PrEP (pour Prophylaxie Pré-Exposition), dont vous parle Ophélie juste en dessous. Ce médicament révolutionnaire protège de l’infection au VIH lorsqu’il est pris régulièrement ou à l’occasion de rapports sexuels selon un schéma précis. Un traitement remboursé à 100 % par l’Assurance maladie et accessible sur ordonnance.

● ● ●

Si tu veux lire ce contenu, connecte-toi avec ton adresse mail :

● ● ●

Tu n’es pas encore abonné·e ? N’attends plus !

Le Point Q a reçu le soutien du
fonds d’intervention associatif de