On débunke !

Par Tom

« Les poils, c’est pas hygiénique »

FAUX

Non, les poils ne sont pas sales ! Au contraire, ils sont là pour une bonne raison (et même plusieurs bonnes raisons).

On croit souvent que les poils favoriseraient l’accumulation de bactéries, voire la transmission de maladies sexuellement transmissibles. Pourtant, la toison pubienne est un rempart naturel contre les agressions extérieures, qu’il s’agisse de microbes ou simplement de poussières. À l’inverse, se débarasser de ses poils peut même favoriser les infections, à cause des micro-coupures laissées par le rasoir ou l’épilateur. À noter que les poils protègent également des irritations liées aux frottements (lors d’un rapport sexuel ou simplement contre les vêtements), et chez la femme ils permettent de limiter les risques de sécheresse vaginale.

Autre idée reçue : ne pas se raser ou s’épiler ferait transpirer davantage. Pourtant, c’est plutôt l’inverse ! Les poils ont une fonction de régulation de la température du corps. En hiver, ils retiennent la chaleur en se dressant afin de créer une couche d’air tiède contre la peau ; en été, ils retiennent les gouttes de sueur sur l’épiderme afin de nous rafraîchir. Enlever ses poils aurait donc tendance à faire davantage transpirer.

Quant aux odeurs, il s’agit là encore d’un préjugé. Celles-ci sont dues à des bactéries qui se nourrissent de notre transpiration et dégagent des effluves caractéristiques, qui peuvent varier d’une personne à l’autre en fonction de l’alimentation, de l’hygiène ou du stress — rien à voir avec la présence ou l’absence de poils.

Au final, se raser ou garder ses poils est donc une question d’esthétique et de confort, et un choix personnel. Comme d’habitude, l’important est de se sentir bien dans sa peau et d’avoir une bonne hygiène de vie. En plus les poils ça peut être sexy : la toison du pubis retient notamment les phéromones, ces hormones inodores qui attisent le désir sexuel de ton ou ta partenaire 🔥

● ● ●

Si tu veux lire ce contenu, connecte-toi avec ton adresse mail :

● ● ●

Tu n’es pas encore abonné·e ? N’attends plus !

Le Point Q a reçu le soutien du
fonds d’intervention associatif de