Nudes : le désir 2.0

Par Orianne

« J’adore envoyer des nudes j’avoue, ça me plaît de m’exhiber, de savoir que je plais aux hommes et d’avoir leurs compliments en retour. Je ne cherche pas la drague pour coucher par contre… J’ai juste envie d’être désirée, mais d’être inaccessible un peu comme une star. C’est peut-être prétentieux, je ne sais pas. Dans la vraie vie, je suis très timide et très peu vantarde de mon apparence (je rougis d’ailleurs au moindre compliment ou quand un homme s’intéresse à moi), je pense que le téléphone et les réseaux sociaux me permettent de compenser cette distance sociale que je mets avec les hommes dans le réel. Avoir un compte juste pour dévoiler mon corps est pour moi un terrain de jeu très satisfaisant. »

« J’avais l’habitude d’envoyer des nudes à l’une de mes ex, elle aussi. On avait un groupe de travail sur Facebook, où elle était également. Un jour, j’ai envoyé une photo, et je me suis planté de conversation parce que sur la photo miniature du groupe où on bossait, il y avait aussi sa tête. C’était à une époque où on ne pouvait pas supprimer les messages. J’ai vu le message s’envoyer et je me suis dit… oh merde. J’étais assez mal à l’aise mais c’était drôle. Et ils l’ont mise en photo de conversation pendant trois mois. À chaque fois, que je l’enlevais, ils la remettaient. »

« Les premières fois que j’ai envoyé des nudes, très gentils mignons, c’était avec un plan cul pas du tout régulier donc ça aurait pu être risqué : pas une relation sérieuse, on voyait mes tatouages… Mais j’utilisais une messagerie où les messages s’effacent (même si les captures d’écran étaient possibles). Aujourd’hui, je ne saurais pas dire si elles sont sur son téléphone, voire dans le world wide web ou simplement dans sa mémoire… Mais c’était juste trop bien. Peut-être le moment de la relation que j’ai préféré. J’ai gagné en self esteem, en confiance en moi, je me sentais sexy. Je ne pense pas que ces nudes pourraient devenir publics un jour, mais si c’était le cas je crois que je m’en ficherais, que je l’assumerais et que je mettrais tout simplement la misère à ce mec. »

« Sur Grindr, j’ai reçu de la part de parfaits inconnus un nombre incalculable de dick pics toutes plus laides les unes que les autres. Y compris quand je n’étais inscrit sur Grindr qu’en sous-marin, sans photo ni rien. Je me demande vraiment qui a la bonne idée d’envoyer des horreurs pareilles. Très souvent, rien ne va : le phallus qui rend tant fier notre expéditeur n’est pas très appétissant, la pose laisse à désirer, le cadrage est entièrement à jeter (et déforme le saint-Phallus pour le faire paraître pharaonique ou juste encore moins beau), et une chambre en bazar se laisse deviner en arrière-plan, ce qui donne encore plus envie d’accourir… Tout ça, de but en blanc, sans n’avoir rien demandé. Comme si ça allait me convaincre de répondre. Évidemment, c’est next direct ! Mais attention, ça ne m’empêche pas d’en envoyer moi-même, bien sûr ! Dans ce cas, c’est consenti (et mieux fait ?) »

● ● ●

Si tu veux lire ce contenu, connecte-toi avec ton adresse mail :

● ● ●

Tu n’es pas encore abonné·e ? N’attends plus !

Le Point Q a reçu le soutien du
fonds d’intervention associatif de