La bonne nouvelle

Par Juliette

Le revenge porn en France : que faire si j’y suis confronté·e ?

C’est une pratique de plus en plus répandue, revenue sur le devant de la scène mi-février, lorsqu’une vidéo à caractère sexuel présentée comme celle de Benjamin Griveaux a été diffusée sur Internet, contraignant le candidat à la mairie de Paris à démissionner. Selon une enquête Zava de 2018, 19 % des hommes et 15 % des femmes en Europe ont vu certains de leurs nudes « fuiter ».

Dans le même temps, le phénomène s’amplifie dans les cours de collèges, de lycées et sur les réseaux sociaux. Les comptes « fisha » (organisés par quartier ou par département) sur lesquels des ados diffusent des images dénudées d’autres ados (principalement des filles) ont explosé durant le premier confinement. Les signalements à l’association E-Enfance, qui aide les mineurs victimes de cyber-harcèlement, ont doublé entre mars et mai 2020.

Si tu es confronté·e à du revenge porn, il y a plusieurs choses à faire :

Tout d’abord, une loi te protège. L’article 67 de la loi du 7 mars 2016 pour une « République numérique » a renforcé le délit d’atteinte volontaire à la vie privée (régi par les articles 226-1 et 226-2 du Code Pénal), ajoutant une circonstance aggravante s’il s’agit de la diffusion non consentie d’images à caractère sexuel (article 226-2-1). Le revenge porn est donc puni de deux ans de prison ferme et de 60 000 euros d’amende.

Entoure-toi. Parles-en à une personne de confiance. Pour discuter et obtenir une aide juridique, tu peux appeler Net-Écoute au 0800 200 000, ou te connecter sur leur plateforme (chat en ligne et chat Messenger). L’association En Avant Toutes a également mis en place un chat pour t’orienter. Si tu es victime de comptes « fisha », rapproche-toi de @stopfisha, le collectif contre le cybersexisme qui s’est mobilisé durant le confinement.

Recueille des preuves, prends un maximum de captures d’écran. Signale le profil, sur les réseaux sociaux concernés, et bloque la personne. Double éventuellement avec un signalement sur le site dédié du ministère de l’Intérieur. Ensuite, porte plainte si tu le souhaites. La police te guidera dans les démarches (une procédure pénale et/ou civile est possible).

Enfin, si tu vois passer des nudes volés, signale-les et tente d’accompagner la victime. Si tu as envie de repartager une image, garde à l’esprit que c’est la diffusion qui est un délit, et donc que tu es passible des mêmes peines que celles énoncées ci-dessus.

Ce petit guide pratique de la team Point Q sera là en cas de besoin, pour toi ou pour tes proches !

● ● ●

Si tu veux lire ce contenu, connecte-toi avec ton adresse mail :

● ● ●

Tu n’es pas encore abonné·e ? N’attends plus !

Le Point Q a reçu le soutien du
fonds d’intervention associatif de