La bonne nouvelle

Par Orianne

Troubles sous la couette : quelles solutions ?

Premier conseil : la COMMUNICATION. On le répète partout et pour tout. Mais c’est ça la clé. Souvent ces troubles érectiles ou éjaculatoires sont la source de tension au sein d’un couple, d’une relation. Par exemple, si au moment de l’ébat, Popol reste en bas (déjà ça ne veut pas dire que l’acte est terminé), vous pouvez mettre des mots sur la situation et vous rassurer mutuellement. D’un côté le mec peut dire « non ce n’est pas de ta faute » et de l’autre côté le ou la partenaire peut répondre « ne t’inquiète pas c’est pas grave, on va trouver une solution ». Ça permet d’ouvrir le dialogue.

Ensuite, le blocage peut être psychologique. Il faut donc éliminer cette anxiété et la pression. Sur le terrain, vous pouvez vous réinventer et pratiquer le sexe comme vous ne l’aviez jamais fait… parcourir des zones inexplorées, se regarder, ou encore se masturber individuellement en se lançant des petits regards plein d’envie ! Vous sentez l’excitation monter là ?

Si c’est un problème récurrent (systématique, pendant plusieurs mois), vous pouvez en parler à votre médecin, voire consulter un sexologue. Un expert du sujet va vous aider à rationaliser tout ça. Par ailleurs, si c’est un blocage lié à des problèmes vasculaires, il pourra vous le dire (et dans ce cas c’est quand même sympa de le savoir).

On récapitule :

  1. No pressure, ça arrive et ce n’est pas forcément un problème
  2. Cela ne signifie pas un manque de désir
  3. Si ces troubles vous agacent, il y a des solutions
  4. Lesquelles ? Communication avec son/sa partenaire, lâcher prise, nouvelles stimulations ou consultation chez un spécialiste. Tu peux même tout essayer :)

● ● ●

Si tu veux lire ce contenu, connecte-toi avec ton adresse mail :

● ● ●

Tu n’es pas encore abonné·e ? N’attends plus !

Le Point Q a reçu le soutien du
fonds d’intervention associatif de