La masturbation féminine : 4 questions à Inès, Perrine et Pauline

Par Orianne & Juliette

Quand pratiques-tu la masturbation et comment l’as-tu découverte ?

Inès, 24 ans : « Je pratique au moins tous les deux jours. Souvent le soir ou vers 15h, car c’est le moment de la journée où je suis la plus excitée. J’ai découvert la masturbation quand j’étais petite, sans savoir que ça en était. Quand j’avais sept ans, mes culottes me serraient et je pense qu’elles faisaient une pression sur mon clitoris qui me donnaient d’agréables sensations dans le bas ventre. Je serrais très fort mes cuisses entre elles et je le fais toujours. Ma pratique n’a pas beaucoup changé, même si j’y ai ajouté quelques variations, notamment une pression de ma main par dessus la couette. »

Qu’est-ce que ça apporte à ta sexualité ?

Perrine, 23 ans : « Ca m’apporte énormément de confiance en moi parce que je connais mon corps. Et puis de la qualité, quand je couche avec un mec je suis en capacité de dire si ça me fait du bien ou pas. Alors que sans la masturbation, je pense qu’il y a un peu de conditionnement : tu peux gémir alors que tu n’as pas forcément de sensation. C’est le genre de truc que j’aime bien partager avec mon partenaire. Et en général les mecs que j’ai eu trouvaient ça archi cool. Ça ajoute du piment et je suis pas gênée. »

Et à ton bien-être ?

Pauline, 24 ans : « C’est comme quand tu manges un gâteau au chocolat au cœur hyper moelleux, ça fait trop du bien. Et parfois le gâteau est tellement bon que t’as envie de le crier sur tous les toits, de le dire à tes copines : J’ai mangé un gâteau au chocolat tellement bon !. Je crois que je ne pourrais plus m’en passer. »

Tu en parles avec tes amies ?

Inès, 24 ans : « Oui, mais c’est très récent. Depuis que la parole se libère sur les réseaux sociaux et qu’on trouve beaucoup de contenus sur internet. L’émission Crac crac par exemple, me plaît. Je commence aussi à en parler avec les garçons, mais là c’est encore un peu tabou. »

● ● ●

Si tu veux lire ce contenu, connecte-toi avec ton adresse mail :

● ● ●

Tu n’es pas encore abonné·e ? N’attends plus !

Le Point Q a reçu le soutien du
fonds d’intervention associatif de